Anim' Partout

Anim' Partout

Identifiez-vous
Pseudo :
Mot de Passe :
mot de passe oublié ?


L'âge du "Non"

Le petit enfant entre 2 et 3 ans (parfois même dès 18 mois) passe souvent par une période d'opposition systématique à tout ce qu'on lui propose. Si cet période peut sembler pénible, c'est un moment charnière de la construction de l'enfant : c'est à ce moment qu'il prend conscience de lui-même comme individu avec ses propres envies. Il s'oppose alors pour montrer qu'il est lui, un être à part entière ! Somme toute, une façon saine de construire sa personnalité !
Bon, c'est bien joli tout ça, mais ça ne nous aide pas à gérer ce petit loulou qui n'est jamais d'accord : "Tu veux aller dehors ?" "Non" "On reste à l'intérieur alors ?" "Non" ! Dans cet article, vous trouverez quelques clés pour comprendre et répondre au mieux à ce comportement.


Garder son calme sans céder à tout

Le fait de savoir que cette période ou toutes vos propositions sont rejetées vous aidera surement à rester zen. Cela ne veut pas dire, cependant, que vous devez céder à tous les "non" de l'enfant : il reste un enfant qui a besoin d'un cadre sécurisant ! Vous pouvez lui proposer un choix sur un point sans conséquences (petit suisse à la pêche ou petit suisse à la banane ?) mais ne cédez jamais sur les règles de base de votre structure d'accueil.


Arriver à ses fins par le jeu

L'enfant s'oppose à vous, à ses parents, à vos collègues... Mais s'opposerait-il à une petite mascotte ? Beaucoup de centre de loisirs et de crèches ont adopté cette solution : une petite marionnette (achetée pour une somme relativement peu élevée ou fabriquée) qui guide les enfants.
De la même manière, proposer un jeu à un enfant qui refuse de faire quelque chose ("le premier qui aura mis son manteau tout seul") peut fonctionner. Un bémol toutefois avec la nourriture, faire une course du plus rapide à manger son yaourt est un bon moyen de retrouver du yaourt partout et d'enseigner à l'enfant qu'il faut se presser pour manger. Il aura tout le temps de prendre de mauvaises habitudes alimentaires quand il sera à la fac, essayez donc de lui éviter ça en attendant...


Anticiper

Si vous prévenez l'enfant à l'avance de quelque chose d'obligatoire (la sieste, un déplacement, le repas...) il y consentira plus facilement. Annoncez par exemple que le repas est dans 5 minutes, puis 3, puis une et enfin que c'est l'heure ! L'enfant sera moins coupé dans son jeu. Si ce rituel ne marche pas les premières fois, sachez qu'il gagne peu à peu en efficacité au fil du temps !
Par ailleurs cela peut aider les touts-petits à se repérer dans le temps, ce qui est souvent difficile avant 6 ans. Bref, tout le monde y gagne.

Les bêtises de provocation

A l'âge du non, il peut arriver aussi que le besoin d'opposition se traduise par des bêtises volontaires, notamment chez les enfants qui ne parlent pas encore. C'est le cas typique de l'enfant qui vous fixe droit dans les yeux en faisant consciemment quelque chose qui lui est interdit ! Dans ce cas, réagissez comme à toute bêtise.
Après avoir repris le comportement de l'enfant, prenez un moment pour lui accorder un peu d'attention - c'est souvent ce qu'il cherche au travers de sa bêtise. Et rassurez-le aussi sur le fait que ses parents viennent le chercher en fin de journée.


Avec ces quelques techniques, vous devriez mieux réussir à apprivoiser vos petits loups. Surtout, n'hésitez pas à passer le relai à un/e collègue quand vous n'en pouvez plus d'entendre des "Non" à tout bout de champ ! Et répétez-vous que ce n'est qu'une des étapes de la croissance...
Des conseils, des questions ? N'hésitez pas à commenter cet article.


Commentaires