Anim' Partout

Anim' Partout

Identifiez-vous
Pseudo :
Mot de Passe :
mot de passe oublié ?


Les troubles dys- ; comment les intégrer et les accueillir en ACM ?

Les troubles dys sont des troubles neurobiologiques qui touchent de nombreux enfants, majoritairement des garçons (trois fois plus de garçons que de filles). En France, la FFDYS estime que sur une classe d'âge, 4% des enfants sont dyslexiques et/ou dysorthographiques, 3% dyspraxiques, 2% dysphasiques. Cependant aucune étude à grande échelle fiable n'a encore été menée.
Les troubles dys sont innés et se manifestent dès la toute petite enfance. Ils entrainent des difficultés d'apprentissage, avec des répercussions sur la scolarité, la vie sociale et plus tard la vie professionnelle. Plus le diagnostic d'un trouble dys est posé tôt, plus l'enfant pourra bénéficier d'aide afin de mieux vivre avec son ou ses troubles.

Nous, animateurs, pouvons aisément aménager l'environnement et les activités pour leur faciliter la vie, leur permettre de s'intégrer au mieux dans le groupe et leur offrir des loisirs de qualité. Voici quelques pistes !
 



Ce que les troubles dys- ne sont pas !

Les troubles dys- ne sont pas caractérisés par un retard mental ou un QI faible. On peut être dys- et très intelligent !
En revanche, ces troubles s'accompagnent généralement d'une fatigabilité élevée - logique puisqu'il faut plus d'énergie pour certains actes comme s'habiller pour un dyspraxique, lire et écrire pour un dyslexique... Ils peuvent aussi, mais pas toujours, s'accompagner de troubles de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDA-H).


Dyslexie, dysgraphie et dysorthographie

C'est quoi ?
Ce sont des troubles du langage écrit qui concernent la lecture, l'écriture sur le plan physique (former correctement les lettres avec un stylo) et sur le plan orthographique (écrire avec le bon orthographe et la bonne grammaire). Ces troubles sont souvent détectés lors des premiers pas dans la lecture vers 6 ans.

Quelles conséquences ?
Un enfant dyslexique, dysgraphique ou dysorthographique aura des difficultés dans les jeux impliquant l'écrit : lire la règle d'un jeu de société, jouer au Petit Bac ou au Pendu, lire une énigme lors d'une chasse au trésor...

Que faire pour l'aider ?
Proposez un maximum de jeux aux règles déjà connues ou lisez-les vous-même à haute voix. Proposez des énigmes enregistrées sur des dictaphones (c'est une bonne occasion d'imiter la voix du Père Fouras) dans vos grands jeux. Si un jeu implique de lire - un pictionnary par exemple, proposez votre aide sans l'imposer - l'enfant peut avoir envie d'essayer seul. N'oubliez pas que toutes les activités en lien avec l'écrit le fatiguent plus que les autres - proposez lui un temps de repos si vous sentez qu'il a du mal à tenir la journée - et que dans ce domaine, il sera plus lent que sa tranche d'âge. Apprenez aux autres enfants ce qu'est la dyslexie et veillez à ce qu'il n'y ait ni moqueries, ni exclusion.

Monter un projet autour de ce trouble
Si vous souhaitez concevoir un projet à destination d'un public d'enfants dyslexiques, dysorthographiques, ou dysgraphiques, pensez à des jeux autour des livres. Souvent ces enfants présentent un genre de "dégout" de la lecture, notamment si le diagnostic a été tardif, et leur redonner goût aux livres sans forcément les faire lire eux-même est un service à leur rendre !


Dysphasie

C'est quoi ?
C'est un trouble du langage oral. L'enfant a du mal à s'exprimer, oublie des mots dans ses phrases, cherche ses mots ou parle par monosyllabes. On peut confondre ce trouble avec une immense timidité, mais la timidité, elle, disparaît rapidement !
Il ne faut pas confondre ce trouble avec les dyslalies, qui sont des défauts de prononciation comme le zozotement ou "cheveu sur la langue". Ces troubles ne concernent que la prononciation et pas le vocabulaire ou la syntaxe.

Quelles conséquences ?

Un enfant dysphasique aura des difficultés a entrer en contact avec les autres, à lire à haute voix, à se faire comprendre.

Que faire pour l'aider ?
Proposez un système de communication visuel, avec des signes simples (montrer le bas ventre pour "je peux aller aux toilettes s'il te plait ?" par exemple). N'oubliez pas que toutes les activités ou il doit s'exprimer oralement le stressent souvent : il peut craindre le regard des autres. Apprenez aux autres enfants ce qu'est la dysphasie, et veillez à ce qu'il n'y ait ni moqueries, ni exclusion. Aidez l'enfant si besoin à se faire comprendre avec les autres !

Monter un projet autour de ce trouble

Si vous souhaitez concevoir un projet à destination d'un public d'enfants dysphasique, n'hésitez pas à utiliser les nombreux outils de communication non verbale : images, langage des signes...


Dyspraxie

C'est quoi ?
Ce sont des troubles moteurs qui affectent la précision et la coordination des gestes, et spatiaux, qui affectent la représentation dans l'espace. 

Quelles conséquences ?

Un enfant dyspraxique aura des difficultés dans les gestes impliquant la motricité fine - s'habiller, faire ses lacets, assembler un puzzle, écrire... - sera gêné pour la pratique des sports, pour réaliser les gestes symboliques (saluer de la main, demander le silence, jouer avec une comptine à gestes par exemple lui seront difficiles ou impossibles). Ces enfants ont aussi des difficultés à se repérer dans l'espace, notamment dans des lieux inconnus, et à comprendre les visuels nécessitant de la lecture géométrique comme les diagrammes. Ils se repèrent avec difficulté dans les pages d'un livre ou d'un dictionnaire.

Que faire pour l'aider ?
Ces enfants sont très affectés dans leur vie quotidienne : s'habiller, se servir à boire, manger... Si vous voyez l'enfant en difficulté, proposez votre aide sans l'imposer - l'enfant peut avoir envie d'essayer seul. Ne punissez pas ses maladresses. N'oubliez pas que la plupart des gestes que nous faisons sans y penser - remonter notre braguette, lacer nos chaussures... - le fatiguent plus que les autres : proposez lui des temps de repos réguliers. Pour les actes du quotidien, sans aide, il sera plus lent que sa tranche d'âge ; aménagez le temps en concertation avec l'enfant et ses parents : préfère-t-il être aidé ? se lever plus tôt pour avoir le temps de faire seul ? Apprenez aux autres enfants ce qu'est la dyspraxie et veillez à ce qu'il n'y ait ni moqueries, ni exclusion, notamment dans le cadre des jeux sportifs. Vérifiez d'un coup d'oeil l'habillement de l'enfant : son manteau est-il à l'endroit, ses lacets faits ? et aidez-le si nécessaire à remettre sa tenue en ordre.

Monter un projet autour de ce trouble

Si vous souhaitez concevoir un projet à destination d'un public d'enfants dyspraxique, pensez à aménager des jeux sportifs pour les rendre plus aisés !


Dyscalculie

C'est quoi ?
Ce sont des troubles de compréhension, de perception et d'utilisation des nombres. Ces troubles sont souvent détectés lors des premiers pas dans les mathématiques, à l'entrée à l'école.

Quelles conséquences ?
Un enfant dyscalculique aura des difficultés dans les jeux impliquant de compter : tous les jeux de dés par exemple. L'utilisation de données mathématiques comme les quantités dans une recette, les distances lors d'un jeu d'orientation... lui seront particulièrement difficiles. Aller acheter un souvenir de son séjour de vacances lui posera un épineux problème du fait de la manipulation de monnaie...

Que faire pour l'aider ?
Les anciens égyptiens utilisaient en guise de dé 6 des batonnets plats colorés d'un côté et blancs de l'autre, que vous pouvez aisément fabriquer à partir de bâtons d'esquimaux. L'enfant percevra peut-être mieux les quantités de cette manière : essayez ce système avec lui et voyez ce qui lui convient le mieux ! Vous pouvez aussi lui proposer un dé avec les nombres écrits au lieux de points (trouvable aisément en boutiques de jeux). Evitez les énigmes mathématiques dans vos grands jeux. N'oubliez pas que toutes les activités en lien avec les nombres le fatiguent plus que les autres - s'il n'a pas envie de faire la recette du quatre quart avec le groupe, ne le forcez pas - et que dans ce domaine, il sera plus lent que sa tranche d'âge. Accompagnez-le si besoin lors de l'achat de souvenirs, ou proposez avec les parents une méthode alternative comme un chèque en blanc à remplir par le ou la vendeur/euse lors de l'achat de souvenirs. Apprenez aux autres enfants ce qu'est la dyscalculie et veillez à ce qu'il n'y ait ni moqueries, ni exclusion.

Monter un projet autour de ce trouble
La dyscalculie n'est pas un gros problème en ACM ; mais je me permet tout de même de vous suggérer une activité qui permettra aux enfants d'acquérir de beaux souvenirs sans s'emmêler avec la monnaie : un troc-patate spécial sur la région ou le pays ou vous vous trouvez !


Quelques ressources en plus

Pour compléter les infos de cet article qui vise à donner quelques informations basiques et pistes d'activité, vous pouvez :
  • Vous former ! Un approfondissement de BAFA sur le handicap existe.
  • Consulter le site de la Fédération Française des Dys (FFDys) ici !
  • Nous écrire via la page "A propos" si vous avez une question d'ordre pratique, un cas concret pour lequel vous auriez besoin de conseils. Vos questions peuvent enrichir cet article !
A bientôt !


Commentaires